IOC - Club International

Découvrez l'ensemble des actualités à l'international !

Témoignages, événements hors club, actualités des membres, rapport d'activités, veille ...

 

 

Filtrer les actus 

LCJ Capteurs aux Jeux Olympiques de Pékin

LCJ Capteur Compétition
3/03/2022
  • Actu des membres

Suite à de nombreuses années d’utilisation dans le Biathlon, le capteur de vent à ultrasons CV7-V de l’entreprise nantaise LCJ Capteurs est présent à l’épreuve de cette discipline lors des Jeux Olympiques d’hiver à Pékin. Son utilisation mesure la vitesse et la direction du vent sur les pas de tir. Cela permet aux entraîneurs d’apprécier la qualité du tir des biathlètes.

Communiqué de presse - LCJ Capteurs - Christophe Michel

LCJ Capteurs Produit JO

À quoi sert notre capteur de vent à ultrasons aux Jeux Olympiques de Pékin 2022 ?

Les capteurs de vent à ultrasons apparaissent pour la première fois sur des stands de tir de biathlon en 2014 grâce à l’entreprise finlandaise SUOMEN Biathlon Oy, plus connue sous le nom de Biathlon target system Kurvinen. Depuis, les girouettes-anémomètres ultrasoniques ont prouvé leur fiabilité avec des températures très basses puisque SUOMEN en fait l’installation régulièrement lors des grandes compétitions.

Lors des épreuves de Biathlon, le CV7-V est placé sur les pas de tir, au niveau des trajectoires des balles. Cela permet de connaître la véritable direction et vitesse que la balle va subir selon l’influence du flux d’air sur la trajectoire du tir. Les données vent sont récupérées par les entraîneurs afin d’évaluer l’influence du vent sur la précision des tirs. Cette aide précieuse leur est bénéfique pour évaluer leurs biathlètes. En cas d’échec au tir, les entraîneurs, qui possèdent ces données, peuvent en déterminer la cause : le vent, un mauvais réglage du viseur, une rafale de vent subite ou un coup de doigt sur la queue de détente de la carabine.

Il est à savoir que les seules indications des biathlètes sur la vitesse et l’angle du vent sur le pas de tir sont indiquées par des drapeaux rouges. Les données vent mesurées par les capteurs permettent d’avoir la précision nécessaire pour retransmettre aux médias et aux biathlètes.

D’autre part, ces données sont utiles à la retransmission de l’information du vent pour une insertion video lors de la diffusion d’images en direct.

Aujourd’hui, le capteur se démarque par sa discrétion et sa précision. Le CV7-V, très compact avec ses 64 mm de diamètre, offre des données de vitesse et de direction du vent précises, en dépit de températures très basses.

Le capteur de vent à ultrasons CV7-V : comment se démarque-t-il ?

Les capteurs de vent à ultrasons de la gamme CV7 sont connus pour leur polyvalence dans leur usage. Breveté en 2007, d’où son nom CV7 (pour Capteur de Vent 2007), sa technologie permet aux transducteurs de communiquer par paires latérales. Ce capteur, monté sur un bras en aluminium de 31 cm de longueur, se place idéalement en hauteur pour ne rencontrer le moins de turbulences possible. Aujourd’hui, il est utilisé aussi bien sur les voiliers, les capitaineries, les chalutiers, les grues portuaires, les bateaux de transport et de secours ainsi que sur des bouées connectées. Il est également utilisé sur le marché terrestre, notamment dans l’agriculture de précision, petit-éolien, sécurité du public, qualité de l'air, pompiers, acoustique, bâtiments intelligents, ballons captifs et stratosphériques, le sport (comme le Biathlon) et bien d’autres.

LCJ Capteurs aux Jeux Olympiques de Pékin

LCJ Capteurs a été créée par Christian LAMIRAUX en 1999. Son objectif était de concevoir un capteur statique robuste de mesure du vent, marinisé, léger (pour être monté en tête de mât), compact, à faible consommation électrique (pour les voiliers où l’énergie est une problématique). La technologie de la mesure par ultrasons s’est ainsi imposée.

La même année, M. Lamiraux dépose son premier brevet sur le traitement de signal et l’analyse ultrasons du CV3F.

En 2000, Christophe Michel rejoint LCJ Capteurs. L’entreprise connaît une forte croissance sur le marché des bateaux professionnels avec la commercialisation du CV3F. En effet, le premier capteur de l’entreprise était très fiable. En 2007, le deuxième brevet d’amélioration est déposé avec le CV7. Cette nouvelle technologie permet au capteur d’être plus précis, comptacts, robustes et de mieux évacuer l’eau de pluie.

C’est en 2011, que LCJ Capteurs entre dans le domaine terrestre en proposant également des capteurs de vent à ultrasons avec des protocoles spécifiques à ce marché. Tout a commencé lorsqu’un distributeur de produits de gestion de bâtiments intelligents danois s’est retrouvé sur un voilier équipé d’une girouette-anémomètre à ultrasons LCJ Capteurs modèle CV7. Après avoir été interpellé par ce drôle d’appareil en tête de mât, il s’est montré tout de suite intéressé pour s’en procurer un. LCJ Capteurs a reçu, peu de temps après, une demande de renseignements, de prix, puis une commande ferme. Après quelques ajustements sur la partie fixation puis la fourniture d’une interface 0-10 V, l’aventure sur le marché terrestre a ainsi débuté.

LCJ Capteurs s’adapte aux besoins des marchés, en réalisant des capteurs “sur-mesure” selon un cahier des charges défini avec l’utilisateur. L'entreprise nantaise continue de mettre en avant son esprit d'innovation et d'adaptation pour répondre à des besoins en constante évolution. Aujourd’hui, forte de son succès, LCJ Capteurs est en pleine croissance et réalise plus de 72% du chiffre d’affaires est dû à l’exportation.

LCJ Capteurs Equipe

Contact presse :

Christophe MICHEL - Gérant de la société LCJ Capteurs

Mail : contacts@lcjcapteurs.com

Mickael BORGES - Service Marketing de LCJ Capteurs

Mail : marketing@lcjcapteurs.com